dimanche 20 juillet 2014

Version BETA



Auteur: Rachel Cohn
Pages : 432
Genre : Science-Fiction
Edition: Robert Laffont 
Collection:
Parution : 29 Novembre 2012
Prix : 18,50 €

DANS UN MONDE QUI NE TOLÈRE
QUE LA PERFECTION,
LE MOINDRE DÉFAUT
EST IMPOSSIBLE A CACHER

Née à seize ans, Elysia a été créée en laboratoire. Elle est une version BETA, un sublime modèle expérimental de clone adolescent, une parfaite coquille vide dépourvue d'âme. La mission d'Elysia : servir les habitants de Desmene, une île paradisiaque réservée aux plus grandes fortunes de la planète. Les paysages enchanteurs y ont été entièrement façonnés pour atteindre la perfection tropicale. L'air même y agit tel un euphorisant, contre lequel seuls les serviteurs de l'île sont immunisés. Mais lorsqu'elle est achetée par un couple, Elysia découvre bientôt que ce petit monde sans contraintes a corrompu les milliardaires. Et quand elle devient objet de désir, elle soupçonne que les versions BETA ne sont pas si parfaites : conçue pour être insensible, Elysia commence en effet à éprouver des émotions violentes. Colère, solitude, terreur ... Amour. Si quelqu'un s'aperçoit de son défaut, elle risque pire que la mort : l'oubli de sa passion naissante pour un jeune officier.



Elysia est un clone crée à partir d’un cadavre. Elle est l’une des premières adolescentes à être fabriquer. Elle sera achetée par la femme du Gouverneur, qui fait partie des personnes les plus riches de l’Ile pour remplacer l’ainée de la famille, partie à l’étranger pour ses études. C’est dans ce cadre que sa vie va changer : elle va connaitre le goût puis les émotions et les sentiments qui feront d’elle une Défaillante.

On m’a offert ce livre pour mon anniversaire. La science-fiction n’est pas un genre que j’ai l’habitude de lire mais ce roman m’a complètement emporté dans son histoire. La couverture, en premier lieu, m’a hypnotisé ; les yeux violets et le tatouage m’ont fascinée. 

Elysia est l’incarnation de l’adolescente à priori parfaite : étant un clone, elle n’a pas de crise ou de problème d’hormones. Elle doit remplacer la fille aînée partie étudier et c’est parmi une riche famille composée d’une petite fille adorable, d’un adolescent casse-cou, d’une mère nostalgique et d’un père intransigeant qu’elle va devoir vivre. Cependant des émotions font peu à peu surface et laissent place aux sentiments qui vont l’embarquer malgré elle dans un triangle amoureux.

En dépit d’un manque d’originalité au niveau du scénario avec quelques ressemblances avec Divergente ou Hunger Games, l’approche de l’esclavage est intéressant et nous fait réfléchir : pourquoi interdit on à certaines personnes de vivre sa vie et d’avoir ses propres choix ? Qu’est-ce qu’être libre ? En effet, même si le protagoniste se situe sur une ile utopique, un paradis trop parfait, il est nécessaire d’avoir une main d’œuvre pour tous les travaux de la ville et donc des esclaves qui ne se laisseraient pas aller à la détente.

La lecture est fluide et rapide malgré un début un peu long pour présenter le cadre de l’histoire. Elle s’accélère par la suite en enchainant les surprises et en particulier dans les 100 dernières pages. Rachel Cohn n’hésite pas à aborder les sujets les plus sensibles comme la drogue, la maltraitance, les droits humains ou l’adolescence. En effet, l’image des Ingérables représente la crise adolescente et le développement de ceux-ci dans le monde adulte. 

J’ai donc beaucoup aimé ce roman et j’attends avec impatience la suite prévue en octobre. Je suis également curieuse de voir comment cette dystopie sera transmise à l’écran.


Aeryn  

6 commentaires:

  1. J'ai hâte aussi de découvrir le tome 2 surtout après une telle fin.

    RépondreSupprimer
  2. Et moi j'ai hâte de pouvoir lire ce livre ^^

    RépondreSupprimer
  3. Les Livres en Folies20 juillet 2014 à 14:07

    J'ai hâte de découvrir ce premier tome qui à l'air franchement pas mal :D

    RépondreSupprimer
  4. je l'ai lu y a quelques temps mtn , je me souviens avoir adoré ! j'ai hâte de lire la suite, c'est trop long cette attente. Pui sje ne me souviens pas de grand chose ! ^^

    RépondreSupprimer
  5. Je ne sais pas si je lirai ce livre un jour, je l'ai dans ma PAL car sur le moment quand il est sorti, la couverture m'a fait craquer mais même si ton avis me donne envie de le sortir... il y a un je ne sais quoi dans l'histoire qui me retient. A voir, peut-être pour plus tard!

    RépondreSupprimer
  6. Belle chronique sur un roman qui aborde des thèmes intéressants.

    RépondreSupprimer