vendredi 20 juin 2014

Au revoir là-haut


Auteur : Pierre Lemaître
Pages: 576
Genre : Roman 
Edition : Albin Lichel
Support: Audiolib
Parution : 21 Août 2013
Prix : 21,38 €

Rescapés du chaos de la Grande Guerre, Albert et Edouard comprennent rapidement que le pays ne veut plus d'eux.
Malheur aux vainqueurs ! La France glorifie ses morts et oublie les survivants.
Albert, employé modeste et timoré, a tout perdu. Edouard, artiste flamboyant devenu une « gueule cassée », est écrasé par son histoire familiale. Désarmés et abandonnés après le carnage, tous deux sont condamnés à l'exclusion. Refusant de céder à l'amertume ou au découragement, ils vont, ensemble, imaginer une arnaque d'une audace inouïe qui mettra le pays tout entier en effervescence... Et élever le sacrilège et le blasphème au rang des beaux-arts.

Bien au delà de la vengeance et de la revanche de deux hommes détruits par une guerre vaine et barbare, ce roman est l'histoire caustique et tragique d un défi à la société, à l'Etat, à la famille, à la morale patriotique, responsables de leur enfer. Dans la France traumatisée de l'après guerre qui compte son million et demi de morts, ces deux survivants du brasier se lancent dans une escroquerie d'envergure nationale d'un cynisme absolu.





C’est avec ce livre que j’ai découvet l’audiolib (suite à la masse critique de Babelio). Cette histoire est lu est pr l’auteur lui-même. Avant même de commencer l’écoute, je l’avoue, j’étais sceptique. J’i toujours lu les livres donc changer de méthode et de support était une nouvelle expérience... un peu effrayante aussi.

J’ai donc commencer mon écoute. Il est un peu dur au début se s’imaginer le décor et le personage. d’autant plus, l’écoute demande de la concentration. La première fois c’est un peu plsudur, il faut quelque minutes pour s’habituer à l’audiolib. 



L’histoire débute dans les tranchés. On y rencontre Albert, le lieutenant d’Aulnay-Pradelle et Edward. On est en Novembre 1918. L’armistcice n’est plsu très loin. Les soldats se relachents dans les tranchés, plus vraiment partant pour la guerre. tous attendent d’être démobilisés et de pouvoir rentrer chez eux. Mais cela ne se passera pas comme ça pour la côte 13. Un home en a décidé autrement. Pradelle est un homme qui aime la guerre et n’est pas ravi de l’arrivé de l’armistice. ce qu’il veut lui, c’est éliminé les bosches. En envoayant deux soldats français en repérage, le lieutenant décide de les tuer pour décider les soldats à attaquer l’ennemi. Un soldat, Albert, découvrira ce grand secret. De cet événement, l’avenir d’Edward, d’Albert et de Pradelle se verront étroitement lié et changé à tout jamais.
Après la guerre, ces trois personnages retrront à Paris. Alors que d’Aulnay-Pradelle fera tout pour avoir la peau d’Albert, celui ci fera tout pour s’en sortir et d’aider Edward.
Commence alors un récit qui relatera la vie de nos trois personnages après la guere. De leur difficultés de vie à la recontruction d’un pays, rien ne se passera comme ils l’ont prévu. 




Le lieutenant Pradel est un homme qui méprise les autres pour son profit. Il me répugne et me dégoute. Tout chez cet homme me renvoie dégout et haine. C’est le genre de personne qui aime se battre et ne peut se résoudre à vouloir l’armistice. Il voit cela comme une faiblesse et n’en veut pas, lui il souhaite ce battre quitte à sacrifier des hommes qui aurait pu vivre. Il est ignoble, froid, calculateur, imbu de lui même, infidèle... en outre, c’est le personnage qu’on détestera tous. C’est une sorte de grand méchant loup. 
Ce personnage s’en sortira plutôt bien après la guerre. Il rentre en héros et l’argent coule à flot. Il n’a aucun respect pour les soldats morts au combat et ne voient en eux qu’un commerce qui l’enrichi. Mais plus haute est l'ascension, plus haute sera la chute! 

Albert, est un personnage fade qui est peureux et souvent en retrait. Un rien lui fait peur et il est toujours sur ses gardes, comme ci un danger aller surgir à totu moment. Il a énormément peur du lieutenant Pradelle, mais qui n’en aurait pas peur? surtotu Albert! Il ne sait pas prendre de décisions, c’est ce qui se rapproche le plus d’un lâche. Il n’est pas très vif et est d’une naïveté sans fond. cependant c’est un homme généreux qui ne souhaite faire que le bien. Il est un peu sou mis aussi.
Le fait d’a^tre mort quelque minutes va changer Albert pour toujours. Ces moment vont énormément le hanter plus tard. Il va me surprendre par moment. La guerer change cahque homme mais il a quelque chose d’attachant et de fade. Un personnage intéressant mais sans plus. 


Edward, qu’n à lui, j’ai eu plus de mal à le cerner. Suite à son accident, il est comme mort. Vide à l’intérieur, un regard éteint, il n’a plsu la volonté de vivre. Albert va tout faire pour l’aider. Une événement va lui redonner de l’espoir et le faire revivre peu à peu. 
Il est excentrique et prend la vie à la légère. Il ne mesure pas l’étendu des dangers et franchit certaines limites. Il a un don extraordinaire pour le dessin. Il se détruit aussi. Il est de temps en temps lunatique mais on dira cela de tout les artistes. Il vit dans un autre monde, un peu dans sa bulle.


Ici c’est le récit d’après guerre. On a tous étudié la première guerre mondiale, mais que sait t’on vraiment de ce qu’on vécu les soldats après celle ci... pas grand chose en réalité. Il faut croire que même après les combats, des enquêtes suivent ces hommes et ne les lâchent plus. N’ont-ils pas assez vécu l’enfer sur le terrain pour qu’on veuille les trainer en justice? Aucun d’entres eux n’ont souhaité la guerre. 


La guerre laisse des marques, c’est indéniable. L’auteur rentre des des détails morbides quand il est question de décrire la «gueule cassé» d’Edward. Mais elle est écrite avec une précision accablante. 
C’est une très belle histoire que nous raconte l’auteur. Certe, elle est horrible puisqu’elle se déroule peu de temsp après la guerre des tranchées. On voit dans le récit que l’état et les communes ont un profond respect pour les soldats morts au combat. Ils sont tous vu comme des héros. Ils sont honnorés et «protégés». Cependant, les soldats qui resssortent  vivant de cette guerre sont totalement délaissés. Rien n’est mis en place pour les soutenirs, les réintégrés à la vie de la société. Ils sont mis de côté, à l’écart et on ne s’en occupe plus; comme il est facile de faire cela. Or, si la guerre à été un succès, c’est aussi grâce à ses hommes qui se sont battus. Ne mérietnt-ils pas non plus le respect? Le livre dénonce cet aspect de l’après-guerre! On ne rigole pas avec nos morts mais nos soldats vivants ont les ignorent. Qu’y a t-il de normal à cela? 


Si j’étais sceptique en commençant l’écoute, je suis sous le charme. Je ne dit pas que je réitérerais souvent l’expérience mais l’audiolib est une bonne découverte. L’histoire débute en novembre 1918 et s’achève en Mars 1920. Durant tout ce temps, on découvre le visage de la France d’après-guerre dans lequel se mélange les pauvres livrés à aux-mêmes et les riches qui ont su tiré profit de cette guerre. 
L’histoire est raconté par l’auteur lui même. Il a une voix très agréable et «chaude». C’est une bonne écoute et la lecture est claire. On sent la ponctuation dans la phrase et les intonations sans même voir le texte. Quand vient les dialogues, il arrive à les faire vivre. J’ai ressenti les émotions des personnages retranscrite à travers l’auteur. C’est une seule voix qui raconte et pourtant divers personnages en ressorte. Il leur a donné vie. Je pourrai dire que c'est bluffant mais non, c’est un très bon lecteur tout simplement. Il ne fait pas que lire, il vit l’histoire en même temps et rien de mieux que de ressentir le récit. 


Le récit est découpé en trois parties très distienctes. Chaques parties se situe à un mois et une année différentes. On y découvre le visage de la France d’après guerre qui regroupe d’un côté les soldats pauvres livrés à eux mêmes et ceux qui se sont enrichis grâce aux nombreux conflits. 
L’intrigue est très riche et bien ficelé. Elle m’a tenue pendant toute l’écoute. Je ne savais pas du tout comment cela aller se terminer. Elle est riche en rebondissements et en surprises. Je ne dirai rien car ce serait gâcher le plaisir de la fin mais l’auteur à faire son boulot. 
Le récit est vivant et l’auteur fait prendre un parti au lecteur. Je me suis laissé emportée par le récit. Entre haine, vengeance, trahisons, malversations, on se retrouve embarquée dans un méli-mélo de sentiments. Réalité et fiction sont très bien mélanger que l’on se demande quel est la part de vrai et de faux. C’ets un livre choquant, marrant par moments mais aussi rafraichissant. L’auteur raoncte avec brio une époque noire et difficile pour tout les hommes qui se sont battus. Il présent une France appauvri et qui à du mal à se relever de cette guerre sanglante. 

Je ne me suis pas ennuyer lors de cette écoute. Le seul point négatif que je peux relever, c’est les moments où je dois arrêter l’écoute pour aller vaquer à des occupations diverses. Reprendre la lecture est un peu dur, surtout quand je m’arrête en plein milieu du récit. Ce remettre de squite dans l’histoire n’est pas toujours évident. 
Cependant, son point positif, c’est que lors de l’écoute, je peux faire diverses choses en même temps, que ce soit dessiner, cuisiner ou encore conduire. 

Je remerci la masse critique babelio pour m’avoir fait découvrir ce magnifique livre. C’est un livre marquant qui ne laisse pas indifférent le lecteur. Je consil vivement ce livre! 


Tcheli Zaureole

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire