mercredi 2 juillet 2014

Imagine le reste



Auteur : Hervé Commère
Pages : 419
Genre : Roman
Edition : Fleuve Éditions
Parution : Juin 1014
Prix : 19,90€

Imagine le reste c’est l’histoire d’un sac, qui passe de main en main et qui change le destin des hommes qui ont cru le posséder.
Karl et Fred, d’abord les deux meilleurs amis du monde, deux frères. Des petits coups à droite à gauche, quelques trafics, un peu de contrefaçon, quelques vols de voitures et la prison aussi.
Et puis un jour Fred arrive chez Karl et lui annonce leur départ imminent en lui montrant un sac plein de billets mauve. Deux millions d’euros. De quoi avoir la vie dont ils rêvaient, et surtout, de quoi aller chercher Carole, la fille qu’ils ont toujours aimée, qui les a quittés et que Fred compte épouser.
Mais sur la route qui doit les conduire à Carole, alors que les deux amis dînent tranquillement en savourant leur victoire, leur voiture est volée sous leurs yeux et avec elle le sac contenant les millions.
Les voleurs volés à leur tour, tout aurait pu s’arrêter là, mais l’histoire ne fait en réalité que commencer… ou continuer…
Car le sac est passé entre les mains de Nino, un chanteur qui croupit dans un bar de nuit et qui est le seul à ignorer son talent. C’est sa fuite avec le sac volé qui lui permettra, contre toute attente, de devenir un rock star mondialement connue. Et c’est à cause de ce sac qu’un jour, ce chanteur en pleine lumière, aussi connu que Mick Jagger, disparaîtra au faîte de sa gloire pour ne réapparaître que deux ans plus tard…
Que s’est-il passé entre temps ? Vous le saurez en lisant cette histoire…





C'est le premier livre que je lis de l’auteur. Je l’ai découvert via un concours sur Babelio. Je dois l’avouer, c’est une très belle découverte! 
Les deux premières pages nous plonge tout de suite dans la lecture et au coeur de l’histoire. 

Si je devais résumé l’histoire, je dirai qu’il suffit de lire le titre. Il raconte tout et rien aussi. L’histoire se base un un sac rempli de billet. Ce sac va passer entre les mains de chaque personnage. Chacun y verra ce qu’il veut voir et imaginera ce qu’ils peuvent faire. Le destin de ces 4 personnes est étroitement liés. Rien ne se passera comme ils l’avaient prévu. 


Le livre est divisé en quatre parties. Le récit commence avec Karl et Fred puis vient Nino et ensuite Serge. Dans la quatrième partie, on y verra tout les personnages. Chaque partie amène un point de vue différent, ce qui est très enrichissant pour le lecteur. Les 4 gars m’ont tous touché à leur manière. Ils transmettent tous des émotions dont on aurait pas soupçonné l'existence. Sous leurs apparences de grosses brutes (surtout Karl, Fred et Serge) se trouve des personnes humaines, sensible et touchante. Nino est peut être le personnage que j’ai le moins aimé, peut être parce qu’il m’a pas autant surprise que les autres. 
Karl et Fred se connaissent depuis l’école primaire et se considèrent comme deux frères. Ils inspirent la crainte te la peur. Ce ne sont pas des personnes à qui l’ont irait chercher des problèmes. Ils essaient de s’en sortir et de s’intégrer mais n’y arrive pas. Ils ne rentre pas dans le moule et n’arrivent pas à garder un vrai travail très longtemps. Ils courent après Carole, qui est une «représentation» de leur bonheur. 
Nino est un personnage qui est un peu en retrait, replié sur lui même. Il n’a pas confiance en lui et à peur de tout. Il se cache énormément et n’ose pas aller de l’avant, il doute sans arrêt. Son problème c’est qu’il n’arrive pas à s'accomplir. 
Serge est le personnage que j’ai le plus apprécié. Je croit que je ne l’ai pas beaucoup aimé au début. Je me rend compte que j’ai fait comme beaucoup de personne, je l’ai jugé sur ses faits et geste et son apparence. Derrière cette façade, j’ai rencontré un homme blessé qui essaie de s’en sortir. Il se bat au quotidien, tout le temps. 

Ce qui m’a étonné et ce que j’ai apprécié, c’est qu’on ne connait pas vraiment le visage de chacune de ces personnes. Je me suis très bien imaginé les personnages sans pour autant connaître leur visages. Il ont tous leur caractéristiques qui les démarquent l’un de l’autre? Karl et Fred ont des carrures imposant et des visages carrés. Nino est un personnage frêle, mince et à des cheveux rouges naturels. Serge a beaucoup de classe tout en étant impressionnant. 
Les personnages sont tous brisés à leur manières. Ils croient tous diriger leur vie mais c’est celle ci qui choisit et nous dirige. C’est souvent l’inverse de ce que l’on souhaite qui se produit et le bonheur s’éloigne...
De plus, il y a une absence de méchants. Je m’attendait à en trouver et la non présence de ceux ci m’a vraiment plu. 


On pourrait croire que le titre est un jeu avec le lecteur, or ce n’est pas le cas. L’auteur affirme que ces trois mots sont plus un «ordre»; dans la vie, tout les jours, il nous faut imaginer le reste, à chaque instant. Si on travers en pleine circulation, on va se faire écraser non? Dans ce cas, on imagine le reste. C’est le message que souhaite faire passer Hervé Commère. 
Ce livre à des airs de road trip, déjà par sa couverture où l’on voit une route qui semble s’étirer à l’infini. Le livre m’a aussi fait penser à cela lorsque les personnages sont en voiture et «avale» les kilomètres sans s’arrêter et sans destination apparente. 

Il y a beaucoup de rebondissements tout le long du récit. L’intrigue est très bien ficelé et diabolique mais est en retrait puisque les personnages l’emportent sur celle ci. Hervé Commère a réussi à m’emmener toujours plus loin. Ce livre est une sorte de puzzle extrêmement bien construit. Le résultat est très surprenant et nous prend de court. L’auteur nous lance sur une piste où l’on s’engouffre, on imagine le reste. Cependant, on arrive pas là où on le pense. 
L’écriture est ensorcelante comme si on nous jetait un sort dès le début de la lecture. Son intrigue nous happe directement derrière. De quoi avoir le souffle coupé. On est accroché au livre sans pouvoir s’en défaire. Lots mots m'ont emporté dans un flot d’émotions plus exceptionnel les uns que les autres. On sent que le récit est habité par l’auteur. Elle semble naturelle mais est très travailler afin de la rendre fluide et encore plus appréciable. 

La musique est aussi assez présente dans ce livre. Elle est décrire avec brio et ajoute un plus dans les émotions ressenti. J’ai eu la sensation d'entendre la musique à travers les mots et autour de moi alors que le silence m‘entourait. 

Hervé Commère est considéré comme un auteur de polar mais je ne pense pas que je puisse caractériser ce livre de polar. Peut être l’absence de policiers y est aussi pour quelque chose. Les personnages évolue sans arrêt et le livre n’est pas linéaire comme je peux parfois le constater chez un polar. 

Pour conclure, ce roman est une leçon de vie qui nous touche tous! L’histoire fait réfléchir, perturbe, vous explose en pleine figure et transporte le lecteur. Je ne ressort pas indifférente à cette lecture qui m’a troublée, marquée et enchantée. C’est de ces livres qui vous change complètement après la lecture! 
 Pour finir, je vais vous mettre un passage qui m’a énormément marqué et qui, je pense, veux tout dire! 
«N’ayez pas peur de sauter sans le vide, plus que vos parents, plus que la majorité des gens que vous croisez, n’ayez pas cette pudeur, n’ayez pas peur d’être libre. Prenez ce risque. L’éducation, les convenances, sont faites pour être dépassés, digérées, ce ne sont que des tremplins, des manières de rails au départ. La suite, la vie, le reste, c’est à vous de l’imaginer.» (p. 179)

Tcheli Zaureole

2 commentaires:

  1. La couverture de ce livre m'avait beaucoup intrigué lorsque je l'ai vu passer ici et là sur la toile. Du coup ton avis m'a donné envie de le lire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'ai gagné à un concours. Je ne savais pas du tout à quoi m'attendre et c'est une belle découverte! Si jamais tu le lis, tu me diras ce que tu en a pensé! :)

      Supprimer